Soin de la robe et des crins

Un entretien régulier de la robe et des crins contribue à l’état de santé général du cheval. Mais pourquoi est-ce si important, alors que dans la nature les chevaux ne connaissent ni étrille, ni cure-pied, ni peigne?

Pourquoi l’entretien de la robe et des crins est-il si important?

  • l’équipement du cheval pourrait causer des irritations s’il est mis en place alors que les poils de la robe sont sales ou collés entre eux
  • l’odeur naturelle des chevaux attire les insectes et autres nuisibles
  • un pansage quotidien permet de découvrir les blessures, infestations parasitaires et infections, avant qu’elles n’aient le temps de s’aggraver
  • le pansage permet de renforcer le lien avec son cheval – en s’appuyant sur le comportement de toilettage mutuel qu’ont les chevaux sauvages lorsqu’ils sont proches
  • les mouvements circulaires des brossent pendant le brossage sont une forme de massage, que la plupart des chevaux apprécient, de plus, ils permettent d’améliorer la circulation sanguine et contribuent à détendre les muscles
  • en période de mue, les chevaux perdent beaucoup de poils, ce qui peut gratter le cheval et lui causer un stress nerveux

Comment font les chevaux qui vivent dans la nature?

Les chevaux ont instinctivement tendance à essayer de rester propres. L’étude des comportements naturels des chevaux sauvages a démontré, par exemple, qu’ils ne déposent pas de matières fécales sur leurs lieux d’alimentation et préfèrent des zones relativement propres pour se rouler (sauf pompom, gris le soir, couleur crottin le matin). La robe des chevaux sauvages est naturellement nettoyée par les intempéries; le vent et la pluie libèrent le cheval des saletés et pellicules, le soleil sèche la peau et la robe. De plus, les chevaux se grattent, se roulent et pratique le toilettage mutuel, tous ces comportements contribuent également au maintien d’un niveau de propreté satisfaisant.

Pourquoi est-il déconseillé de ne pas prendre le temps de panser son cheval?

Comme celle des humains, la peau des chevaux est dotée d’une couche d’acides gras protectrice, qui limite la pénétration de bactéries, d’agents pathogènes ou de substances nocives dans la peau. Un déséquilibre du pH naturel de la peau du cheval pourrait affecter son efficacité. Un entretien excessif de la robe et de la peau, ou l’entretien avec des produits inadaptés peut, malgré une apparence soignée au premier coup d’oeil, endommager la peau du cheval sur le long terme et le rendre plus vulnérable aux maladies cutanées, parfois graves.

Conseil:

Lorsque du choix des shampooings pour chevaux, en particulier pour les chevaux sensibles, veuillez à ce que le produit ait un pH dermoneutre et contienne le moins d’additifs et de parfums possible.

La robe du cheval dissimule également des composants qui offrent une protection naturelle à la peau car elle est recouverte d’un film de graisse, dont l’effect déperlant permet d’éviter que le cheval ne soit trempé à la moindre averse. Un brossage excessif ou un lavage trop fréquents de la robe éliminent ce film gras.

En été, les chevaux qui vivent au pré ont tendance à beaucoup se rouler dans la terre. Ce comportement leur permet de créer une «couche protectrice» naturelle de terre et poussière contre les insectes. Bien entendu, le cheval doit être pansé avant d’être monté afin d’éviter les frottements sous la selle, le bridon, etc., en revanche, cette couche de terre protectrice peut être laissée si le cheval n’est pas travaillé.

Vous trouverez parmi nos guide relatif au pansage des conseils utiles concernant les soins quotidiens du cheval ainsi que l’équipement adapté. Vous y trouverez également des informations intéressantes concernant la douche et la mue: